Site indépendant sur le spiritisme et l'au delà. Articles rédigés par des médiums sur les esprits, les facultés extra-sensorielles, les dons, la médiumnité. Nombreuses explications issues de nos expériences et tirées de messages d'esprits. Fiches pratiques pour vous conseiller sur le magnétisme, la médiumnité et l'aide contre les hantises. 

Le poltergeist et esprits frappeurs

le poltergeist et les esprits frappeurs : témoignage, histoires et explications

 Poltergeist lévitationLe mot "poltergeist" [de l'allemand de poltern (faire du bruit) et geist (esprit)], désigne à l'origine un esprit frappeur, c'est-à-dire une entité invisible se manifestant par des bruits et/ou le déplacement d'objets divers. En français, son sens semble cependant avoir évolué pour désigner également ces phénomènes eux-mêmes et non l'entité supposée en être responsable.

La parapsychologie définit ainsi des phénomènes impliquant l'intervention directe de l'énergie mentale sur la réalité matérielle. Objets qui se promènent ou se soulèvent comme s'ils étaient dotés d'énergie, coups dans les murs, métaux qui se tordent, incendies incompréhensibles ; voilà l'aspect le plus inquiétant et le moins contrôlable du paranormal.  

          
Il est certain que l'action psychique sur la matière suppose le déchaînement de forces puissantes, que peu de personnes possèdent et savent manipuler.  
 
 
Nature du phénomène :
 

Poltergeist en activitéLes manifestations d'un poltergeist présentent tout ou partie d'une gamme considérable d'effets défiants la raison : coups ou bruits violents de percussion, bruits divers, sans cause identifiable ; jets de pierres ou de débris inexpliqués, visant l'intérieur ou l'extérieur d'une maison (lithobolie); déplacement ou projection d'objets (parfois brisés), pouvant aller jusqu'à leur lévitation ou leur apparente  téléportation à travers des parois solides. Plus rarement : combustions spontanées ; actions sur les personnes : contacts, griffures, morsures et lévitations ; emploi d'une voix spectrale (utilisation des « fausses cordes vocales » des victimes) et apparitions. Voici la description qu'en fait  Ernest Bozzano :

« Outre les phénomènes auxquels nous avons fait allusion, de meubles qui se déplacent, de fenêtres et portes qui claquent, de vaisselle qui se brise, il s'agit très souvent de sonnettes qui ne cessent de s'agiter bruyamment sans cause apparente, même après qu'elles ont été isolées par la suppression des cordons et des fils. Tout aussi fréquents sont les cas de « pluies de pierres », présentant des traits caractéristiques fort remarquables, comme lorsque les pierres parcourent des trajectoires contraires aux lois physiques, ou s'arrêtent en l'air, ou tombent lentement, ou atteignent avec une dextérité très insolite un but déterminé, ou frappent sans faire de mal, ou bien sans rebondir ensuite, comme si elles étaient empoignées par une main invisible ; ou comme lorsque les pierres se trouvent être chaudes, voire même brûlantes. En d'autres circonstances, les draps sont violemment arrachés des lits des personnes couchées, ces dernières étant soulevées et déposées doucement sur le sol, si toutefois les lits eux-mêmes ne sont pas renversés. »

Les manifestations semblent en général purement « gratuites » et totalement dénuées de cause et de logique. Malgré des dégâts matériels, parfois importants, les personnes présentes sont rarement blessées :

« Mais ce qui nous a le plus étonnés, c'est qu'aucune des 300 pierres jetées n'ait touché personne ; le premier jour, mon petit garçon était au jardin, ma petite fille dormait au premier, dans son berceau près de la fenêtre ouverte ; ils n'ont été incommodés en aucune façon ; la bonne a reçu, il est vrai, un quart de brique sur la tête, mais elle n'en a presque pas souffert ; mon beau-père a été touché au bras et il s'est écrié “Tiens, je n'ai rien senti”. »

 

Le phénomène est attesté dans toutes les régions du monde. Il est aussi présent à toutes les époques: le chercheur Hereward Carington (en) en a identifiés cinq antérieurs à l'an mil, et 130 entre le xie siècle et la fin du xixe siècle. Toutefois, une étude concernant les phénomènes «psi» dans l'antiquité, ne trouve « aucun récit préchrétien reconnaissable » décrivant un poltergeist, bien que  Suétone cite le cas d'un homme qui, s'étant endormi dans un lieu sacré, s'en est trouvé soudain éjecté, avec son lit, « par une force occulte subite »

 

 

Tentative d'explications :

 
Poltergeist chaiseLes protagonistes sont presque toujours un adolescent vivant avec une femme mûre, proche de la ménopause ; une mère et son fils, ou bien une petite fille au seuil de la puberté. Mais le seul protagoniste, et unique acteur de cette incroyable phénomène est le sexe. Des énergies neuves et anciennes qui se mèlent et provoquent un cocktail explosif : le poltergeist, la sarabande des objets, des verres brisés, des coups, des meubles qui bougent, des chaises qui volent... On appelle alors le curé, l'exorciste, le psychologue.  Je précise néanmoins que les fraudes sont bien entendu possibles et que n'importe qui peut simuler ce genre de manifestation. Les raisons peuvent être multiples notamment attirer l'attention de l'entourage.
 
 
Description des manifestations : 
 
- Bruits divers sans source apparente. Dans certains cas, ces bruits peuvent constituer une forme de communication, en Morse par exemple (cas des soeurs Fox).
 
- Lévitation d'objet ou téléportation sans cause "physique" décelable. Ainsi, des objets peuvent voler dans un appartement, ou des objets disparaitre et réapparaître dans la maison (des clefs ou tout autre petit objet facilement déplaçable).
 
- Action directe sur les personnes présentes : morsures, griffure lors d'attaque directe contre des personnes (se rapporte alors à une attaque d'entité) en ce cas mettre les purifications en place (voir le sujet Aide/conseil contre les hantises sur le site). 
Lorsque le phénomène se répète, il ne le fait généralement que dans une zone limitée (à l'intérieur d'une seule et unique maison, par exemple) ou autour d'une personne particulière.
 
 
Les cas inexpliqués :
 
 
 
Arcachon (France 1963) :
 
La clinique du docteur Cuénot à Arcachon est bombardée de pierres, du mois de mai au mois de septembre 1963, sans que l'on puisse trouver d'explication rationnelle. Des projectiles de toutes natures et de toutes tailles tombent autour du personnel et des patients. Le commissaire de police local ne juge pas utile de procéder à une enquête. Le professeur Robert Tocquet, appelé en renfort, conclut après une étude minutieuse que cette pluie de pierres est liée à la présence d'une jeune malade  névrotique. Elle ne peut en aucun cas être tenue pour responsable du lancement des projectiles, mais le phénomène cesse après son transfert dans une autre clinique.
 

Rosenheim (Allemagne) 1968 :

En 1968, de nombreux phénomènes de nature électrique, mais aussi des déplacements inexplicables de meubles et d'objets se produisent dans le cabinet de Me Sigmund Adam, un avocat très connu de la ville de Rosenheim près de Munich. Les machines de bureau se dérèglent, les disjoncteurs sautent, les ampoules électriques grillent ou se dévissent seules et tombent, les tubes fluorescents tournent dans leurs logements. Les téléphones sonnent sans raison, on note des appels répétés – parfois plusieurs par minute – à l'horloge parlante. Évidemment c'est le réseau électrique qui est soupçonné. La compagnie d'électricité envoie deux ingénieurs qui ne constatent aucune anomalie alors que les phénomènes se déroulent en leur présence. La pose d'une ligne d'alimentation directe et même l'installation d'un générateur spécifique, indépendant du réseau, ne règlent rien. Parallèlement des bruits d'explosion se font entendre, des tiroirs s'ouvrent seuls, une lourde armoire de 150 kg se décolle de la cloison de 28 cm, et il faut deux hommes pour la remettre à sa place. L'ingénieur Karl Bruner voit un grand tableau faire une rotation complète. Pour tenter d'éclaircir le mystère, l'avocat porte plainte contre X.

Les docteurs F. Karger et G. Zicha de l'Institut Max Planck de physique de Munich sont dépêchés sur place et, après une longue et minutieuse enquête, concluent que les phénomènes, dûment observés et enregistrés, ne sont pas explicables par les moyens actuels de la physique théorique. Les conclusions du rapport officiel de 19 pages rédigé par les deux experts sont les suivantes :
  1. Bien qu'ils aient été enregistrés avec toutes les facilités offertes par la physique expérimentale, les évènements défiaient toute explication par les théories physiques habituelles.
  2. Les phénomènes paraissaient résulter de forces non périodiques de courte durée.
  3. Ils ne semblaient pas être provoqués par des forces électrodynamiques connues.
  4. Il s'agissait non seulement d'explosions, mais aussi de mouvements complexes (rotations de tableaux, courbes décrites par les stylets enregistreurs).
  5. Ces mouvements donnaient l'impression d'être sous contrôle intelligent et d'avoir tendance à échapper aux recherches.

On finit par constater que les phénomènes sont liés à la présence d'une jeune employée de 19 ans, Anne-Marie Schneider. On l'éloigne sur les recommandations du professeur Hans Bender et les phénomènes cessent après son départ.

 

Enfield (Angleterre) 

Le plus récent phénomène spectaculaire de poltergeist s'est déroulé à Endfield  dans la banlieue nord de Londres, et a été abondamment décrit dans la presse de l'époque. Il a été déclaré « Le poltergeist le plus intéressant jamais connu ». La famille Harper est composée d'une mère divorcée et de ses quatre enfants : Margaret 13 ans, Janet 11 ans, Johnny 10 ans et Billy 7 ans. À partir du 31 août 1977, la maison fut le lieu d'un festival inouï de plus de 1 500 manifestations : objets et meubles renversés ou se déplaçant seuls, draps de lits soulevés, Janet mise en lévitation, bruits et voix diverses, aboiements de chiens, apparitions, objets semblant traverser les murs, départs de feux dans des tiroirs, objets déformés... Ces faits ont été suivis en permanence durant 13 mois par deux enquêteurs de la SPR, Maurice Grosse et Guy Lyon Playfair. Une trentaine de personnes en ont été les témoins directs, dont des policiers, des journalistes de la BBC et du Daily Mirror, des voisins et diverses personnalités. Malgré l'aveu ultérieur par Janet de quelques tentatives de fraudes pour tester les enquêteurs (qui les ont d'ailleurs repérées) la plupart des phénomènes semblent ne pouvoir avoir été provoqués artificiellement. Les voix et les bruits sont enregistrés et des scènes déroutantes sont parfois photographiées. Il apparaît que c'est Janet qui est l'épicentre des évènements et la plus souvent visée. Durant le séjour qu'elle fait dans un hôpital, fin juillet 1978, les manifestations décrurent d'intensité, pour cesser définitivement après l'intervention d'un médium hollandais. Malgré le travail d'enquête considérable des deux enquêteurs, logeant souvent sur place, plusieurs personnalités affirmèrent que toutes les manifestations étaient organisées par les enfants.


Les hypothèses :
 
 
Les poltergeist seraient causés par une forme de télékinésie involontaire et inconsciente. Ces phénomènes ont statistiquement plus souvent lieu autour d'adolescents et de personnes névrosées ou instables émotionnellement : leurs troubles psychologiques seraient à l'origine de ces manifestations inconscientes de pouvoir psi incontrôlé, parfois appelé RSPK (Recurrent Spontaneous PsychoKinesis, psychokinésie spontanée récurrente). L'existence de la télékinésie n'a cependant jamais été prouvée.
 
Selon d'autres personnes, cette psychokinèse involontaire serait provoquée par la possession de la victime par un esprit peu évolué, nocif, utilisant l'énergie de la personne pour provoquer ces manifestations. 
 
Mais souvent, il suffit de quelques semaines, voire de quelques jours pour que tout rentre dans l'ordre, le dévellopement sexuel de l'adolescent étant terminé, ou ses forces explosives ayant débouché sur une activité physique ou dans la sublimation...
 
Bien que des phénomènes de type poltergeist soient rapportés depuis des siècles et dans le monde entier, ils n'ont pu faire l'objet d'aucune étude et sont à l'heure actuelle encore mal compris en raison de leur sporadicité et de leur imprévisibilité.
 
Toutefois, il reste un grand nombre de témoignages, de toutes les époques et dans toutes les cultures, qui tendent à démontrer qu'il se produit épisodiquement des phénomènes inexpliqués, constatés par des témoins dignes de foi et donnant parfois lieu à de très officiels constats de gendarmerie ou à des enquêtes approfondies, éventuellement accompagnées d'enregistrements physiques ou photographiques.
  
source wikipédia (en partie) 
 
Vidéo sur un phénomène apparenté à un cas de poltergeist :
 
 

Date de dernière mise à jour : 24/03/2017