Site indépendant sur le spiritisme et l'au delà. Articles rédigés par des médiums sur les esprits, les facultés extra-sensorielles, les dons, la médiumnité. Nombreuses explications issues de nos expériences et tirées de messages d'esprits. Fiches pratiques pour vous conseiller sur le magnétisme, la médiumnité et l'aide contre les hantises. 

Notre monde aujourd'hui : synthèse et vérités.

Notre monde aujourd'hui : message d'esprit

 terre-entre-nos-mains.jpg

Notre monde aujourd'hui

 

3 Messages sur l'actualité, ce qui se passe dans le monde suite à des interrogations de Dark Angel. Ci dessous des réponses de son guide.

 

Où Etes vous ?

Message reçu par Dark Angel le 10/01/2016

 

L’imagination de l’homme n’a pas de limite, tout comme ses dérives  de croyances primitives, ce besoin de se choisir un camp, son obscurantisme qui plie ses genoux et courbe son échine devant plus fort que lui. La valeur humaine perd de sa bienséance, et le fléau du mal prend de l’allant.

Ne vous méprenez pas : aucun camps, quel qu’il soit ne pourra trouver la solution à vos maux, que ce dernier soit léger ou extrême. Le fanatisme ne s’arrêtera que par le bien, que par le soulèvement de la masse, de l’unité, à condition que cette dernière soit réelle et non utopique

Partout, la pensée néfaste ressurgit, et il est compréhensible de vouloir aller dans un sens  non exploité, mais là n’est pas la solution donnée. Vos gouvernants ne savent apprendre, ne savent comprendre, et n’ont de face que leur pâles intentions  rivalisant à leur pourfendeur.

Le climat est lourd et pesant, en cela, nous vous avions prévenu, à force de ne pas écouter, à force de ne plus croire, le mal abat ses cartes sur le grand échiquier humain. L’Homme a soif de pouvoir, d’or et dénie la raison de son existence.

Prendre un extrême pour lutter contre un autre ne changera rien à situation donnée, même si il est vrai que vous seriez plus sécurisé, il n’en demeure pas moins que la solution ne sera pas trouvée pour cesser les hostilités. L’extrême ou la tolérance sont de même nature pour ceux qui sont avides de pouvoir. Seul le visage change, mais non le tréfonds.

Le mal s’étend, il gangrène ce que vous êtes, il perturbe vos idées et obscurcit vos jugements.

Une évolution des consciences doit  maintenant prendre le relais sur le chaos des idées sombres, une interrogation sur votre monde doit naître en chacun de vous.

Votre monde sombre, votre planète étouffe, et par les seules décisions de vos puissants, qui sont décideurs mais ne rendent jamais de comptes.

Elevez vos voix, élevez vos pensées, élevez vos idées, élevez vos vibrations, afin que nous puissions agir sur votre sphère.
Le mal frappa bien des fois, et votre monde sombra mais rejaillit toujours la Lumière.
L’espoir  est porteur de sagesse, l’espoir est porteur d’idées novatrices, l’espoir est une ressource sans fin, si tant est, que vous puissiez croire encore en lui.

Nous ne pourrons interférer dans vos propres choix, mais prenez garde à vos pensées, même si cela est difficile, l’Humain à encore du bon en lui, il peut être sage et délicat, aidant et mélodieux, ne voyez pas en lui que du monstrueux, que du dégoût, allez au-delà de vos simples ressentis, car vous ne faites qu’un si vous parvenez à vous lier au-delà de votre enveloppe  charnel.

Restez entier, prenez le recul, pleurez vos disparus, ne changez pas de cap, ne sombrez pas …
La haine est compréhensible, mais ne peut résoudre un fanatisme décadent décidé sous le sceau d’une pseudo religion ou croyance … car toute croyance doit demeurer personnelle, et tout réincarné doit respecter celle de son voisin.

Restez tolérant, restez admiratif de la différence de chacun, car cela demeure une force, si cette dernière part dans le respect d’autrui.

Croyez en vous, croyez en eux, croyez en nous, car la Lumière ne fait pas parti que des esprits purs …


 

 

Bis Repetita...

Reçu le 20 juin 2015 - Medium Dark Angel

 

Arbre où le vent siffle et emporte les feuilles mortes, remplaçantes de celles qui furent un temps si vivantes et vivaces, les vies sont ainsi, naissantes, demeurantes et mourantes, les cycles éternels reviennent sans cesse, ivres de recommencer un jour le jour au jour.

 

Vos vies si futiles pensèrent-ils, ne sont pas si désuètes qu’il pourrait paraître.

 

Les vies ont un sens, elles ne sont éphémères que si l’Homme s’en mêle, de part sa volonté propre, ou par le biais décideur d’un autre.

 

Les maladies ne sont pas toutes naturelles, les guerres ne le sont pas non plus, la trahison, la bestialité, ne furent pas apprises, mais mise en chacun afin de voir l’horreur de ce que vos êtres peuvent créer.

 

Au-delà de cela, la bonté et la sagesse se doivent d’être acquise malgré toute douleur et malgré toute erreur.

Le spectre d’erreurs passées refait surface dans votre monde bien entamé par le non respect de chacun. L’idolatrie est source de blasphème, et voilà qu’en un seul dieu, plus de gens furent et sont encore massacrés. Le dieu ou les dieux n’existent pas, sachez le bien, la croyance se doit d’être spirituelle et personnelle, car personne ne puis se targuer de prétendre connaitre une unique vérité, et ne pourrait affirmer avoir ce qui n’est pas visible.

 

L’écosystème est lui seul un dieu, car tout ce qui fut créé le fut spontanément et sans calcul exercé.

Ce qui vous est offert ne peut être fruit d’un dieu, car ce qui est dieu et amour, est aussi mal et absurdité.

La religion est édicté par des faibles afin d’assouvir une puissance qu’ils ne pourraient avoir autrement.

Au fur et à mesure du temps, la religion s’est ancrée dans une évidence alors qu’elle est incompatible à toute science et à toute preuve de quelque nature qu’elle soit.

 

Des déités les plus anciennes, des plus merveilleuses au plus funestes, toutes forme de religion est une profanation de votre propre être. Vous êtes tous des dieux et des déesses, car vous pouvez créer la vie, soigner, sauver, engendrer la beauté et la folie, créer des univers plus merveilleux encore que ce qui est décrit dans vos livres, vous êtes diables et diablesses, car vous pouvez en un claquement de doigt, ôter moultes vies, apporter le trépas là où tout n’étais qu’ébats et lumières, vous pouvez détruire et saccager, pourfendre le meilleur des êtres, et décider de vies et de morts sur tout autre.

Vous les pays développés, vous qui avez pouvoir d’aider, laissez dans une indifférence totale d’autres mourir par milliers, eux qui n’ont rien, donne le peu qu’ils peuvent pourtant, lorsque vous allez passer quelques jours là bas, désireux de faire un safari folklorique…

 

Vous engendrez la vie, et vous la reprenez aussi vite.

 

Vos heures sombres ne sont pas terminées, elles vont recommencer et tant que vous ne pourrez en retenir les leçons cela ne pourra cesser. Le mal reprend de son pouvoir et de son arrogance, comme jadis les temps passés, la religion vous fais défaut, et d’autres s’en servent pour semer leurs maux.

 

Non le temps de l’ingratitude n’est point fatigué, et se réalise à nouveau. L’opiniâtreté de certains monte et vous ne pourrez les stopper car votre monde est affamé et réclame vengeance sans chercher à comprendre et à calmer les ardeurs naissantes d’un peuple armé qui ne cherche que le contrôle.

 

La religion en vérité est la pire plaie de l’homme, qui lui ôte son humanité et sa libre pensée.

 

Il n’est pas vindicatif d’affirmer cela, et de se dire que la véritable spiritualité est dans le cœur et dans l’âme de chaque homme et femme qui veut bien chercher au fond de lui-même la vérité lui appartenant.

 

Laissez-vous guider et trouvez au fond de vous ce qui vous est acquis et ce qui vous sied.

 

Nul besoin de recourir à des festins, nul besoin de vous adonner à ce qui vous fait mal, nul besoin de chercher à brutaliser vos frères et vos sœurs d’âmes, à la base, vous êtes tous uniques et indivisibles, mais à cause de certains trop ardues à se faire mailles de chaines pour les autres, vous vous êtes perdus et en avez omis l’essentiel … pensez par vous-même.

 

Vous devez croire en vous, non pas en un groupe, non pas en des élus, non pas en des rois, non pas en des chefs d’états, mais simplement en vous-même, car la seule personne qui se doit de vivre et d’apprendre de ce qu’elle s’enseigne et de ce qu’elle côtoie, est vous-même.

 

Ne restez pas lâche, battez pour ce qui fais battre votre cœur, ressentez ce qui est autour de vous, ressentez ce que vous avez en vous, soyez vif et vivant.

 

La décence d’un monde se doit de respecter la croyance de chacun, mais cela ne puis être possible dans votre sphère, et vous devez apprendre que la vérité unique ne peut exister. La vérité est multiple car elle est en chaque être. Ne soyez pas horrifiés de la croyance de tel ou tel individu, vous ne pouvez spolier d’autres pour ce qui leur est inculquer alors qu’on vous spolies vous-même pour ce que vous croyez.

 

Le nombre ne fait rien, seul vous faites tout.

 

Ne vous arrêtez pas à ce qui vous freine, ne vous laissez point atteindre par la haine, vivez avant tout pour vous-même. Aimez ceux qui vous sont proches, mais aimez surtout ceux dont vous avez décidés d’être proches, ceux que vous avez choisis.

 

Il n’y a là, point d’égoïsme, mais la solution pour retrouver votre équilibre, pour vous retrouver en libre pensée, en libre arbitre, en libre adéquation avec vous-même.

 

Vos gouvernants ne sont pas là pour vous, le bien et le mal, pour eux cela ne représente rien, ils sont les deux à la fois et ne voient que le pouvoir.

 

 

Arranger les affaires d’un peuple, ne travailler que pour lui, n’être là que pour se consacrer aux autres n’est pas là un objectif de gouvernants, ils n’ont soif que de pouvoir, on ne peut changer les choses qu’en étant à l’écoute et en vivant parmi ceux que l’on veut défendre.

 

Ne partez pas en guerre contre ceux que vous ne connaissez pas, ne laissez pas la misère s’installer pour financer ceux qui ne rient que de vous, ne vous laissez pas abattre par la médisance de certains, soyez vous-même et soyez fiers car cela est le seul trésor, croire en soi, croire en ce que l’on ressens.

 

L’argent ne fait pas tout, vous en avez besoin car cela fut obligé par d’autres, mais le peu que vous avez en votre possession doit rester un trésor : biens, personnes, tout ce que vous allez choisir, tout ce qui fut choisi, reste le seul bienfait.

 

Nous qui sommes êtres invisibles, bon ou mauvais, faisons partis de cela, vous nous avez choisis, vous croyez en nous, vous êtes notre souffle, tout comme nous sommes le vôtre. Sans vous, nous ne pourrions avoir d’existence car nous ne pourrions avoir de but ciblé auprès de vos sphères.

 

Vous qui pensez que nous sommes les êtres les plus puissants, sachez qu’il n’en est rien, car bien au-delà de vos connaissances, existent d’autres mondes bien plus grand que les nôtres.

 

Nous nous devons de continuer à vous transmettre, nous nous devons de permettre d’avancer, mal ou bien, à vous de choisir et de décider, car là est votre unique accessibilité de pouvoir… vous décidez !

 

Nous continuerons à être présents et nous continuerons ce que nous avons commencés ensemble depuis bien des vies passées.

 

Continuez, ne targuez pas d’éloges pour un pas fais, car nul ne pourra le faire à votre place.

 

Pensez à vous, ne vous oubliez jamais, et ainsi seul, vous pourrez aider d’autres comme vous.

 

Le monde de votre réincarnation va mal, et va encore aller bien plus mal, mais peu importe, à votre niveau vous ne pourrez le changer, avancer et restez dans la sérénité, fermez vos yeux et avancez main dans la main, traces de pas dans les traces de pas de vos aimés, et vivez, croyez en vous, croyez à ce qui est au fond de vous, avancez.

 

Au travers de ces quelques mots, nous espérons que vous ne prendrez ombrage de quelques véracités et que vous saurez trouver le bien fondés de nos idées.

 

Notre monde Aujourd'hui  

Médium Dark Angel - Reçu le 07/06/2013

 

Le monde change, mais rien ne change dans le fond.

La bête est là, tapie, elle sourit, mugit puis rugit.

Elle invective, elle suscite le drame, sème le doute, fait croire ce qu’elle désire au bon peuple.
Elle ricane et se nourrit des haines les plus vulgaires.

« Voyez, dit elle, je me gausse de vos truculences, m’abreuve de vos ignorances, me délecte de vos croyances perfides : en chacun de ce que vous êtes, une parcelle de mon être subsiste »
Elle est de retour, arrogante à souhait, renaissant d’un espoir dont personne ne croit, car vos idéologies préconçues ne peuvent y croire.

Un nouveau cycle est amorcé, dans le méandre de vos idées trop chaotique, d’un monde qui ne cesse d’être en agonie. Vous êtes esclaves de vos préjugés : sans violence la sphère n’est rien, sans son équivalence, l’amour, elle n’est rien, cela est identique a vos yeux.

Vous êtes la justice sauvage mais au pire des regards, vous êtes la justice aveugle. Ironie de votre temps qui devait être, peut être, révolu. Vous nourrissez à plus d’un égard, la moquerie, les principes d’égalités, qui veulent que ceux qui cherchent le bien et qui ne l’ont jamais trouvé, soit constamment spoliés au travers de votre monde.


La bête ricane, au demeurant elle est éternelle, car elle a tous les refuges pour se reconstruire.

Non le sexe n’est point blasphémateur, le viol l’est bien plus.

Non la parole donné n’est pas révélatrice de perfidie, les livres écrits au nom de dieux le sont bien plus, et la bête s’en prend le droit de s’en servir à mauvais escient grâce à ceux qui propagent la bonne parole.

La crainte affaiblie votre monde, la peur se fait sans cesse grandissante, le chaos vient à nouveau poindre le bout de son nez, il titille les plus faibles, harangue les plus forts.

D’un acte isolé sugira des répliques, d’un acte isolé, telle une trainée de poudre, l’horreur et l’effroi envahiront des mondes. Beaucoup se sont battus afin d’acquérir le droit de vivre librement, beaucoup ont servi une cause saine et viable, mais la bête est tapie, amène son armée de l’ombre parmi les braves donnant leurs vies pour qu’un monde change. La bête est permissive, elle détrone le despote pour mettre une armée en place et lieu. 

Elle envoi ses soldats de la mort par delà les frontières, et frappe quand on ne s’y attend pas.

Le monde tremble, il a peur mais est trop fier pour l’affirmer. Au sang répondra le sang, car seule la force permet un équilibre. De ceux qui pensaient avec espoir, qu’un monde nouveau et meilleur arriverai, que ceux là sache qu’il n’en est point l’horizon. 

La bête fut affaiblie, mais elle regroupe ses forces obscures, et va les propager par delà les mers et les océans, ses actes n’ont d’égal que sa cruauté. Elle s’étale, a ses ramifications partout. 

Elle met au service des plus faibles sa main d’espoir, pure fabulation ne visant qu’un seul dessein, conquérir et inverser la tendance, renverser le bien et fait naître la nuit.

Le soupçon est sa meilleure alliée, l’absurdité son idéal. 


L’horreur voit poindre son visage, chaque jour davantage elle créée ses soldat, chaque jour elle s’accroit.
Votre monde se meut, il s’étouffe, dans sa propre détresse dont les plus grands de ce monde n’ont que faire. Tenter d’inverser ce qui arrive en ces jours funestes, est impossible, car les grands de ce monde ne le désirent pas. Oui, me dirai tu, la Libye, le Mali, le bien n’est il pas présent pour aider …

Mais rien de gratuit, tout se paie. Il faut cacher des choses, soustraire ses méfaits du temps passé, raser celles qui furent faites afin d’oublier au plus vite que chacun de vos pays a son lot d’immondes actions.


Vos mentalités ont bien évoluées depuis des siècles, mais votre monde n’est pas prêt à changer. Il vous faut encore progresser, apprendre que vous n’êtes pas seuls dans l’univers, mais au-delà de cela, que vos idées ne sont pas forcément les plus fiables ni les meilleures.

Vous devez apprendre à écouter, à entendre, à comprendre et accepter des points de vues différents, mais vos idéologies dispersées sont votre faiblesses. Plutôt que de les mêler, d’en retirer profit, vous les nouez, en faite un tas de cordes, et vous vous étranglez avec, vous perdant dans les recoins de vos convictions actées par d’autres.

Soyez libre de penser par vous-même, soyez ivre de ne plus vous entraver à coups de sermont instigués par d’autres, la sphère de transition peut parvenir à une apogée, tourner dans un sens positif ou négatif. Mais il n’est pas encore le temps où cela pourra se passer. Votre monde est bien trop jeune, il ne peut penser par lui-même en grand nombre, et préfère suivre car cela est plus facile. 

Chacun se targue d’être différent, d’être plus apte que l’autre à savoir ce qui est bien et ce qui est mal, ce qu’est l’erreur, et ce qu’est la normalité… Pourtant vous riez de ceux qui sont handicapés, vous spoliez les différences, vous haissez ceux qui n’entrent pas dans la bonne « pensée » érigée par… Par qui au fait ?

Comment votre monde peut il oser parler de moralité, d’exemplarité, de sagesse, mot devenant de plus en plus obsolète et désuet de tout fondement et de tout sens ! 

Non votre monde n’est pas prêt à connaitre le grand changement, la nuit éternelle ou le jour absolu, il est trop embrasé, trop embourbé dans ses propres idées préconçues, et la bête se fend d’en dispenser le chaos.


Elle profite de ce que vous avez construis, de ce que vous avez érigé et dicté comme codes, d’un bout à l’autre de votre semblable et pourtant si différent.

Sans tolérance, l’équilibre n’est rien.

La bête le sait, elle est divisible, ses racines sont partout autour de vous, un moment endormie, elle a ressurgit et a mise à profit vos faiblesses, celles qui pour vous sont des forces. Elle les extrapoles et les met à son propre profit.
La bête le sait, car la bête n’est rien d’autre que vous-même, l’Homme.

La réalité de chaque sphère, a des répercussions sur les mondes astraux. L’équilibre du Tout s’en ressens, il est fluctuant. 


Sans vos pensées pour nous, nous cesserons d’être, les rôles n’auront plus de sens, car de vos croyances profondes, et non celles instiguées, nous trouvons un sens à ce que nous sommes ; 
Le bas astral prend bien de l’ampleur, il se vivifie chaque jour d’avantage, l’astral est en déséquilibre, et les mouvements sont nocifs pour beaucoup d’entres vous.

Pensez que vous n’êtes jamais seuls, ne nous oubliez pas, car nous ne vous oublions pas tant qu’une étincelle de votre pensées nous atteints et vous animes.

Un nouveau cycle est amorcé, n’ayez pas peur, croyez en vous comme vous l’aviez fait jadis, ne tombez pas genoux à terre, relevez vous et soyez un rempart pour ceux que vous aimez. Soyez l’arbre qui soutiendra les branches, soyez la force vive de ceux qui faiblissent.

Vous avez la chance unique de connaitre un monde autre que le votre, vous avez le privilège d’avoir accès à des connaissances qui dépassent un entendement humain, pourtant, vous avez tendance à l’oublier, pourtant vous vous plaignez d’avoir ce privilège, vous vous dites fatigué, vous voulez abandonner parfois, ou pire, renier votre nature profonde.

Chacun de ceux et celles ayant ces chances uniques de connaissances, oublient qu’ils ont désiré avoir cela. Vos pensées et actes de conduite amènerons chacun d’eux, à servir un idéal sombre ou clair, mais devoir est donné de transmettre, d’aider, d’expliquer, à ceux et celles qui sont dans l’effroi, qui sont perdus, dans l’agonie lente de l’attente d’une once d’explication ou de réponse.

La bête ressurgit, car le monde se laisse aller a sa propre perte. La bête ressurgit, car personne ne veut plus affronter ce qu’il est au fond de lui, personne ne veut plus accepter ce qu’il a choisi …

La bête n’est rien d’autre qu’un mot, comme pour nous, anges gardiens… Un mot n’est rien, il est vide de sens, jusqu’à ce que, par le biais de nombreuses pensées, il donne naissance à un idéal, à une bribe explicative, et que de cela surgisse la complexité qui l’entoure.

Sans vos actes, vous n’êtes rien, sans vos pensées, nous ne somme que mots abstraits.

Ainsi la bête resurgira encore et encore, car la bête n’est point diablerie ou autre chimère, elle n’est pas unique mais multiple, elle ne porte un nom, mais une multitude, car la bête sommeille en réalité en chacun de vos êtres, elle est une partie intégrante de chacun de vous, le bas astral n’a alors, plus qu’à se baisser pour recueillir les âmes sombres qui lui tendent la main.


Il appartient à chacun de créer un monde meilleur, mais chacun d’entre vous, peut créer son propre monde, et le faire entrer dans celui d’un semblable et ainsi de suite.

Ne cherchez pas, n’espérez pas que votre sphère puisse changer du tout au tout, mais sachez que vous, vous pouvez changer le monde d’une autre personne par ce que vous lui apporterez, cela se nomme l’échange et l’entraide.


Ne baissez plus les yeux, soyez fiers, peu importe que le monde ne soit pas fiable, soyez le pour lui. Chacun de vous avez besoin de repères, et chacun de vous est un repère pour une autre personne. Soyez conscient de cela, et la bête reculera par ce que vous apporterez. 

Mon protégé se fatigue, je dois alors cesser là ce palabre, il est nécessaire que vous compreniez que chaque être est aimé, mais qu’il demeure seul, décisionnaire de ses actes, de ses choix, de ses idées, et du coté vers lequel, il souhaitera progresser et choir.

Date de dernière mise à jour : 17/01/2016