Site indépendant sur le spiritisme et l'au delà. Articles rédigés par des médiums sur les esprits, les facultés extra-sensorielles, les dons, la médiumnité. Nombreuses explications issues de nos expériences et tirées de messages d'esprits. Fiches pratiques pour vous conseiller sur le magnétisme, la médiumnité et l'aide contre les hantises. 

Le souffle en magnetisme

Le souffle en magnetisme : conseils, explications pour mener à bien vos soins

 SouffleLa pratique du souffle n'est pas requise par tous les magnétiseurs, mais dans bien des cas elle produit des résultats surprenants. 

L'aspiration tend à absorber le mal, l'expiration à insuffler de l'énergie.

Cette technique s'opère généralement face à face. 
on les appelles aussi souffle chaud et souffle froid. 


Pour obtenir un souffle froid ou inspirant, fermez pratiquement la bouche en la mettant en pression et n’en sortir qu’un filet d’air et vous constaterez que l’air est froid. Un souffle froid excitera alors que le souffle chaud calmera. Il se fait toujours à distance. On souffle en serrant les lèvres, comme pour éteindre une bougie. Ce souffle est dégageant. On s'en sert après une séance pour remettre le malade ou le sujet en possession de soi-même, dissiper toute gêne de la tête. Ce procédé est très actif. Utilité : Il calme, désature et décongestionne, dans n'importe quelle partie du corps. On peut le renouveler autant de fois que nécessaire (généralement au moins 3 fois).



Pour le souffle chaud ou expirant, il faut ouvrir la bouche en O et expirer de façon lente, au plus près de la peau. Si vous avez des doutes sur les actions du chaud et du froid, pensez à la chaleur du soleil (par exemple).
Le souffle chaud se fait soit à distance, soit au contact. Dans les deux cas, la bouche doit être entrouverte et l'air qu'on a fait entrer au préalable dans les poumons est rejeté lentement par une expiration prolongée. On peut faire cette insufflation à une faible distance de la peau — 1 ou 2 centimètres mais il est préférable de l'effectuer au contact même, en ayant soin d'appliquer sur la région à magnétiser un tissu absorbant, un mouchoir plié en deux ou en quatre, une flanelle, une couche d'ouate. La bouche entrouverte est posée sur ce tissu et on projette tout l'air contenu dans ses poumons. On les remplit de nouveau à fond, puis on recommence. L'action est énergique, mais le procédé est épuisant, et il ne faut l'employer qu'à bon escient.
(à éviter selon H. Durville en cas de lésion profonde du cœur ou des gros vaisseaux (anévrisme de l'aorte), et contre la phtisie pulmonaire parvenue à son 3e degré).



Le souffle expirant doit être tout à la fois léger et puissant. Là encore, entraînez vous jusqu'à ce que vous estimiez avoir atteint le niveau idéal. Vous l'accompagnerez du mot clef "energie"

Le souffle aspirant, doit être fort et peut provoquer un bruit de suscion. 


N'enchainez pas un souffle régénérateur après un souffle d'aspiration. Entre les deux, soufflez violemment vers le sol ; c'est le même type d'action que celui qui consiste à secouer vos mains. Faute de cette précaution, vous risqueriez de prendre littéralement en vous le mal, ce qui peut se traduire par des problèmes physiologiques.

Ces pratiques gagneront en efficacité si elle sont pratiquées simultanément avec les passes magnétiques. Surtout ne vous prenez pas pour un guérisseur. Dites vous que vous êtes un starter, qui donne ce soupçon d'énergie grâce auquel la personne parvient à entamer son processus d'autogénération. Cependant votre action ne doit pas remplacer celle d'un médecin, mais compléter ou précéder l'intervention de celui-ci.

Stephane Crussol, Reveillez vos pouvoirs secrets + annotations personnelles.

tous droits réservés - Ananta - 04/2013

Date de dernière mise à jour : 27/04/2017